Et oui, nous sommes déjà de retour d’Angers où nous n’avons pas vu le mois passer. Merci à l’équipe pour les conseils avisés et les bonnes tranches de rigolade ! Vivement le montage pour vous revoir 🙂

Au cours de la dernière semaine à l’atelier, la pression est montée d’un cran puisque nous voulions être surs de finir tout ce que nous avions prévu de faire avant la reprise du boulot. Heureusement, le gang des camionneurs fous est venu en renfort quelques jours pour nous soutenir, un vrai plaisir !

Au programme de la semaine :

– terminer les perches débitées au cours du week-end précédent

– préparer les mâts qui soutiendront le toono au montage et en cas de grands vents

– fabriquer les châssis de nos portes-fenêtres et de notre porte d’entrée

– contribuer un peu à la préparation des toiles

Du côté des perches, il nous restait à les couper à longueur (3,88 m au plus long), à les chanfreiner, à les percer et à les munir d’une ficelle permettant de les accrocher aux treillis une fois en place. Grâce aux copains de passage, nous avons même pu toutes les arrondir et les poncer pour une finition encore plus poussée que nous l’avions espéré. Joli travail !

DSCN4771.jpg

 

DSCN4784.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce qui est des mâts (qui font 4,10m de haut), le boulot consistait à retirer l’écorce des troncs de chataîgnier manuellement avec une scie plane (très bel outil!), à retirer les gros noeuds au rabot puis à les poncer.

J’ai d’ailleurs vu apparaître de nouveaux muscles sur mes petits bras (j’ai pas encore l’air d’une bodybuildeuse mais ceux qui les connaissaient avant verront la différence ;)).

Concernant les toiles, c’est Tiphaine qui se chargera du gros du travail auquel nous avons apporté notre contribution sous la forme de quelques coups de ciseaux et d’aiguille. Incroyable comme ça fonce, ces machines à coudre industrielles !

DSCN4768.jpg  DSCN4769.jpg

Et enfin, nous avons surtout consacré les derniers jours sur place à la confection de nos châssis. Un vrai travail de menuisier pour le coup. Pas évident de se représenter le tout en 3D au moment de la conception. Heureusement que Pierre dit “l’artiste” était là pour nous guider et partager une petite partie de sa grande connaissance. En voyant les cadres terminés au moment de les lasurer, j’ai ressenti de la fierté pour tout ce que nous avons appris et accompli au cours du mois écoulé.

Voilà, l’aventure continue étant donné qu’il nous faut maintenant élaborer et réaliser en Belgique le plancher pour monter le fruit de nos efforts, puis viendront bien sûr l’aménagement et la mezzanine mais waw, même si c’est loin d’être terminé, je suis heureuse de pouvoir vous dire que ça y est : on a auto-construit notre maison !